Stérilisation versus Reproduction

PetSonic Nourrir du chat, Soin du chat, Soin du chien Laissez un commentaire

Aún no hay valoraciones.

De nombreuses personnes semblent penser que leur chat doit absolument se reproduire au moins une fois pour avoir un développement émotionnel idéal ou pour « compléter son cycle de vie ». Cela nous semble logique, mais c’est avoir une vision anthropomorphique de nos animaux de compagnie en ayant tendant à la humaniser. Lisez la suite pour tout savoir sur les problèmes liés à la reproduction excessive et les nombreux avantages de la stérilisation pour la santé et le comportement de nos animaux.

Printemps : époque de reproduction

La chatte est appelée polyœstrienne saisonnière car, au cours de son époque de reproduction, elle sera en chaleur tous les 14 à 20 jours. Sa période de reproduction a lieu au printemps et en été, car elle est exposée à une moyenne de 14 heures de lumière par jour ce qui a une influence sur la sécrétion d’hormones liées à la reproduction. Toutefois, sous d’autres latitudes où les saisons ne sont pas aussi marquées et où la journée a la même durée, elles ovulent toute l’année !

Étant donné que la gestation a une durée de 2 mois, et que la chatte est de nouveau fertile quelques semaines à peine après la mise bas, elle peut avoir de 3 à 8 chatons tous les trois mois. Imaginez la quantité de petits chats que vous auriez en un an si vous n’aviez aucun contrôle sur sa reproduction !

Prévention par la stérilisation

Stérilisation et castration, qui sont les termes utilisées pour les femelles et les mâles, se répercutent favorablement sur la santé de vos chats. Le risque de cancer mammaire chez les chattes qui ne sont pas stérilisées est bien supérieur si on le compare à celui d’une chatte stérilisée avant ses premières chaleurs, à l’âge d’environ 6 mois.

Si l’intervention est effectuée après les premières chaleurs, l’incidence sur des tumeurs mammaires ne varie pas, mais cela évite des problèmes avec les ovaires, l’utérus ou les testicules chez les chats comme des maladies, des abcès, des tumeurs ou des kystes, et cela prévient les problèmes de comportement liés aux chaleurs comme les grossesses nerveuses chez les chattes. De plus, cela réduit leur envie de vouloir sortir à la recherche du sexe opposé où ils peuvent se perdre, se battre, se faire écraser, être volés ou avoir toutes sortes d’accidents.

 

 

Mythes et croyances

  • Si je le/la fait castrer/stériliser, il/elle tombera malade : au contraire, comme nous vous l’avons expliqué, le risque de maladies est considérablement réduit. 
  • C’est un mâle, ne le faites pas opérer : faux. Les mâles non castrés qui « vont faire un tour » peuvent s’accoupler et fertiliser plusieurs femelles favorisant ainsi la surpopulation d’animaux des rues. 
  • Je préfère lui donner des contraceptifs : les médicaments utilisés pour la prévention ou l’interruption des chaleurs ne sont pas très recommandés car ils ont des effets collatéraux néfastes. 
  • Son comportement va changer : c’est vrai, mais favorablement, surtout si vous le/la faites opérer assez tôt (6-9 mois). Les mâles ont tendance à réduire leur agressivité, rester plus à la maison, ne plus suivre les chattes en chaleur, vivre davantage en harmonie avec d’autres mâles, réduire le marquage de territoire en urinant. 
  • Il/elle va devenir obèse : le métabolisme et le traitement des graisses sont modifiés, ce qui les prédispose à la prise de poids. Mais nous pouvons éviter cela en surveillant l’alimentation et le niveau d’activité, en fonction de la race, de l’âge et des conditions physiques de votre animal de compagnie. Des croquettes comme Cat & Kitten vous aideront à surveiller son poids grâce à sa haute teneur en protéines. N’oubliez pas que le sédentarisme et les habitudes alimentaires contribuent considérablement à l’apparition de l’obésité. 
  • Il/elle va se sentir frustré/e si il/elle ne s’accouple pas : l’instinct du mâle s’accentue en présence d’une femelle en chaleur. S’il a perdu l’influence hormonale et sa capacité reproductive, il ne souffre pas et a un besoin en moins à satisfaire. Les chatons sont sevrés au bout de 2 mois. Ils mûrissent et atteignent l’âge adulte entre 6 et 12 mois. Les adultes ne passent pas des années à s’occuper de leur progéniture ou à penser à leur descendance. C’est clair qu’ils sont parents, mais pas dans le même sens que les humains. 

 

 

Risques réels de la stérilisation

Le risque chez un chat sain et jeune, pour autant que soit respecté le protocole chirurgical, est extrêmement faible et il est associé à l’âge du patient, à l’historique de ses maladies, à sa sensibilité aux médicaments ou aux anesthésiques, à la compétence du vétérinaire et à l’état des services sanitaires où sont effectuées les interventions.

 

Problèmes réels de la reproduction

Très souvent nous faisons reproduire notre petit poilu parce que nous voulons 1 chaton, mais les portées sont généralement nombreuses et nous terminons par avoir 8 ou 10 chatons qui auront besoin de trouver un foyer. Certaines personnes pensent qu’elles pourront les vendre ou les donner facilement, mais lorsque les chatons seront prêts à partir, ceux qui les voulaient en auront acheté ou adopté un autre, ou leurs parents ne seront pas d’accord, ou ils auront déménagé dans une maison où les animaux ne sont pas admis, ou ils auront pris conscience que de les élever, ça coûte cher, etc.

Les refuges sont saturés ou manquent de moyens, ou ils recourent souvent à l’euthanasie pour ces mêmes raisons. Ce qui est vrai, c’est qu’il y a beaucoup plus de chatons qui naissent que de foyers disposés à les accueillir. Et ne parlons pas des problèmes de santé publique liés au manque de contrôle sur les maladies félines transmises par les chats qui naissent ou terminent dans la rue. Stériliser nos petits poilus est un acte de responsabilité et de conscience.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *